Dans les Écritures, la montagne est présentée comme le lieu de la rencontre avec Dieu
« La montagne, dans la Bible, c’est un lieu où l’homme rencontre Dieu. Comme une sorte de lien entre le Ciel et la Terre, où l’homme s’élève vers Dieu et où Dieu se penche vers l’homme. » (Sébastien Antoni, Le Pèlerin)

Luc nous mentionne que Jésus était en prière sur la montagne quand il fut transfiguré.
Dieu s’est manifesté à Jésus et lui a révélé son amour.
Sur le mont Thabor, pendant que Jésus priait, son visage s’est illuminé de la lumière de la résurrection. Jésus s’entretenait avec Moïse et Élie: « Voici que deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie, » (Lc 9, 30).
Moïse et Élie ont vécu une expérience similaire, eux aussi ont été illuminés par leur rencontre avec Dieu sur la montagne. 

Avant l’expérience du Thabor, les trois disciples ne connaissaient que la nature humaine de Jésus. Ce jour-là, ils ont contemplé la gloire de Jésus, ils ont entrevu sa divinité.
La présence de Moïse et Élie symbolise la loi de l’Ancienne Alliance.
La manifestation de Dieu dans la nuée : « Celui-ci est mon fils, celui que j’ai choisi : écoutez-le. » (Lc 9, 35)   signifie que la promesse de l’Ancienne Alliance s’accomplit en Jésus et que désormais, c’est lui que les disciples doivent suivre.

 Les disciples ont vécu un moment intense, ils ont contemplé la gloire de Jésus.
Pierre désirait prolonger ce moment, il aurait bien aimé rester sur la montagne.
Il a proposé « Maître, il est bon que nous soyons ici !
Faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
(Lc 9, 33)
Cependant, les disciples ne doivent pas s’installer à l’écart, loin du monde, ils doivent redescendre la montagne et retourner vers leurs frères

Pour nous, aujourd’hui, une interpellation du pape François :

« De cet épisode de la Transfiguration, je voudrais souligner deux éléments significatifs, que je synthétise en deux mots : montée et descente. Nous avons besoin d’aller à l’écart, de monter sur la montagne dans un espace de silence, pour nous trouver nous-mêmes et mieux percevoir la voix du Seigneur. C’est ce que nous faisons dans la prière. Mais nous ne pouvons pas rester là!
La rencontre avec Dieu dans la prière nous pousse à nouveau à « descendre de la montagne » et à retourner en bas, dans la plaine, où nous rencontrons tant de frères qui ploient sous les peines, les maladies, les injustices, l’ignorance, la pauvreté matérielle et spirituelle. » (Pape François, Angelus du 16 mars 2014)

Lorsque nous sommes bien ensemble, comme Pierre, nous aussi, nous sommes tentés de rester entre nous dans notre communauté confortable et chaleureuse.  Cependant, comme nous y invite le pape François, nous sommes appelés à être des témoins missionnaires et à aller vers nos frères qui sont dans le besoin.

 

Micheline Vaillancourt Gagnon   2er dimanche Carême – Évangile (Lc 9, 28b-36)     13 mars 2022 

close