« Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent.
Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient.
À celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre joue. »  (Lc 6, 27-29)

Ces affirmations de Jésus reflètent sa conviction profonde puisque pour lui, aimer Dieu et le prochain est le plus grand de tous les commandements.
Pour Jésus, l’amour est sans condition et sans limite.
Nous, nous avons à nous convertir pour en arriver à aimer comme lui.
Bien sûr, il y a des gens que nous aimons et qui nous aiment, notre amour pour eux peut être sans limite. Mais comme dit Jésus :
« Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment. » (Lc 6, 32).

Nous connaissons tous des gens aimables, faciles à aimer, alors c’est facile pour nous de les aimer. Tous, nous connaissons aussi des gens beaucoup plus difficiles à aimer, parfois nous avons l’impression qu’ils sont experts dans leur façon d’être désagréables, parfois même haïssables.
Jésus lui ne fait pas de différence, il nous demande d’aimer comme Dieu aime et Dieu nous aime d’un amour gratuit et non d’un amour que nous avons mérité par nos qualités ou nos bonnes actions. Aimer comme Dieu aime c’est aimer chacun et chacune sans condition et sans aucune limite. Pas toujours facile…
Jésus nous invite aussi à ne pas juger et à pardonner et il l’a vécu lui-même, il a pardonné à ses bourreaux. Il nous demande d’agir envers les autres comme Dieu agit envers nous et à faire pour eux ce que nous voulons que l’on fasse pour nous :
« Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux ». (Lc 6, 31).

Comme dit le psalmiste (Psaume 102)

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
il n’agit pas envers nous selon nos fautes,
ne nous rend pas selon nos offenses.

Aussi loin qu’est l’orient de l’occident,
il met loin de nous nos péchés ;
comme la tendresse du père pour ses fils,
la tendresse du Seigneur pour qui le craint !

Je crois que pour en arriver à aimer les autres à la manière de Dieu, il nous faut devenir libres ; c’est-à-dire nous libérer de tout ce qui nous retient prisonniers et nous empêche d’aimer sans condition. Certaines entraves nous empêchent d’aimer pleinement : l’envie, la jalousie, la haine, l’orgueil, le désir de vengeance…

Nous, les enfants de Dieu, sommes créés pour aimer ; en devenant libres d’aimer, nous trouverons notre plein épanouissement et notre propre bonheur dans l’amour de Dieu et de nos frères. Accueillons en nous l’Esprit-Saint qui peut nous rendre libre d’aimer à la manière de Jésus.   « Donne-nous, Seigneur, un cœur nouveau,
Mets en nous, Seigneur, un esprit nouveau.
« (Refrain Psaume 50)

Micheline Vaillancourt Gagnon, 7e dimanche ordinaire  – Évangile (Lc 6, 27-28) – Ps 102          20 février 2022 

close