Ne lisez pas ceci si vous n’êtes pas leader!

Les temps de crise sont des révélateurs implacables. Ils ont cette capacité de mettre au grand jour notre style de leadership. Trois grands types de leaders commencent à apparaitre alors que la crise s’étire. Deux d’entre eux sont inadéquats. Il n’y en a qu’un seul qui soit véritablement adapté à la situation. Cet article, qui est un condensé et une traduction d’un texte de Carey Nieuwhof, les mets en lumière. Vous trouverez l’original sur careynieuwhof.com. Bonne lecture.

Les 3 types de leaders en temps de crise

Par Carey Nieuwhof

Il existe trois types de leaders en situation de crise.

  1. Les leaders figés

Malheureusement, certains leaders ne sont tout simplement pas préparés à vivre une période de perturbations. Lorsque leurs manières de faire sont remises en question, ils se figent. Ils ne savent tout simplement plus quoi faire.

La journée où les églises ont fermé, les leaders figés avaient déjà démissionné. Une simple menace à la manière habituelle de procéder a tué leur mission.

Les leaders figés confondent généralement la méthode avec la mission. Pour eux, la façon dont ils font l’église est l’église. Les leaders figés ne peuvent pas voir que la mission est la nourriture, et que la méthode était le restaurant. Ils ne peuvent pas voir que la mission est de partager l’Évangile, et que la méthode était de le faire par des rassemblements de personnes.

Ce qui est si effrayant ces derniers temps, c’est que les méthodes que nous avons utilisées pendant des décennies (des siècles) se sont effondrées sous nos yeux. La mission en revanche est restée la même.

La mentalité du leader figé ressemble à ceci :

  • Je ne peux pas croire que cela arrive.
  • Tout cela est hors de mon contrôle.
  • Personne ne va s’en remettre.
  • Tous les autres sont touchés de la même façon. Il n’y a vraiment rien que je puisse faire.
  • Les organisations et les leaders disposant de plus de ressources peuvent s’en charger. Nous ne pouvons pas.
  • Personne ne m’a préparé à cela.
  • Nous sommes tellement dépassés que nous ne pouvons jamais rattraper notre retard.

Les leaders figés se concentrent sur ce qu’ils ne peuvent pas contrôler, et non sur ce qu’ils peuvent contrôler.

Le plus pénible dans tout cela?  C’est presque une certitude que les leaders figés ne survivront pas à la crise.  Ils seront les premiers à sombrer. Ils ne peuvent pas s’adapter, et par conséquent, il est très peu probable qu’ils survivent.

En cas de crise, confondre les méthodes avec la mission est une erreur fatale. La méthode est provisoire, la mission est éternelle. Mais les leaders figés ne peuvent pas comprendre. Ils ne peuvent voir que les obstacles et, par conséquent, ils ratent les opportunités.

  1. Les leaders hésitants

Le deuxième type de leader est le leader hésitant. Les leaders hésitants ne sont pas des leaders figés, mais ils n’ont pas toutes les caractéristiques des leaders flexibles. Les leaders hésitants sont capables de changer, mais ils ne changeront pas plus que nécessaire.

D’une part, ils ne veulent pas rester figés… ils réalisent que le monde a changé et ils sont prêts à s’adapter, mais leur capacité d’adaptation a des limites.

Les leaders hésitants tentent d’apporter le moins de changements possible. Ils avaient probablement un système qui fonctionnait très bien avant les perturbations. Bien qu’ils se rendent compte qu’il est désormais en panne, leur plus grand désir est de retourner dans un système prévisible le plus rapidement possible.

Lorsque les choses changent rapidement, mais que votre approche ne change pas, les méthodes statiques et prévisibles ne font plus avancer votre mission. Elles la sapent.

Dans des conditions normales, vos méthodes peuvent avoir une durée de vie de 6 mois à 5 ans.  En cas de crise, vos méthodes peuvent expirer en quelques minutes ou quelques jours. Ce qui pose problème au leader hésitant c’est qu’ils n’acceptent que partiellement le changement. Puis ils hésitent.

La mentalité du leader hésitant ressemble à ceci :

  • Quand les choses reviendront-elles à la normale ?
  • Nous avons déjà fait un tas de changements et nous allons donc nous en tenir à ça pour un moment.
  • Devons-nous encore effectuer des changements ? Vraiment ?
  • Ne peut-on pas s’en tenir à ce qu’on fait juste encore un peu?
  • Je sais que c’est une bonne idée, mais laissons les choses telles qu’elles sont pour l’instant. Nous avons besoin d’une certaine stabilité.
  • Les résultats que nous obtenons maintenant sont assez bons. Nous survivons. Les autres non.

Certains leaders hésitants pourraient survivre à la crise. Peut-être que beaucoup y survivront.

L’inconvénient de l’inflexibilité, cependant, est que le refus de changer maintenant déclenche la nécessité d’un changement plus profond plus tard.

Des réponses insuffisantes aujourd’hui peuvent conduire à des problèmes encore plus profonds dans la nouvelle normalité, peu importe quand elle se présentera.

Les dirigeants qui hésitent à apporter de profonds changements aujourd’hui auront beaucoup plus de difficultés à s’en remettre à l’avenir.

  1. Les leaders flexibles

Le meilleur style de leader en cas de crise est le leader flexible.

Le leadership flexible est la capacité de s’adapter et de changer non pas une seule fois, mais aussi souvent que l’évolution des conditions le justifie.

En cas de crise, la flexibilité est une force. La flexibilité est un «superpouvoir»!

La raison pour laquelle la flexibilité est si importante est qu’une crise signifie qu’il n’y a pas de réponses claires ni de fin immédiate en vue. C’est exactement pour cette raison qu’on parle de crise et non de problème. Les problèmes peuvent être résolus. Les crises doivent être gérées. Au quotidien.

Les leaders flexibles ne sont pas opportunistes, mais ils se rendent compte que les crises produisent des opportunités d’innovation et même de croissance.

La mentalité du leader flexible ressemble à ceci :

  • Notre mission est trop importante pour que cette crise la tue.
  • Cette méthode ne fonctionne pas, essayons une nouvelle.
  • C’est ce que nous faisons depuis quelques semaines. Et si nous l’essayions de cette façon pour voir si elle est encore plus efficace ?
  • Les choses ont encore changé. Quelles opportunités cela rend-il possibles ?
  • Quelqu’un a-t-il une autre perspective qui peut nous aider à avancer ?
  • Que font les autres personnes qui font la différence ? Comment pouvons-nous apprendre d’eux ?
  • Que devons-nous faire maintenant qui nous aidera à avancer dans notre mission ?
  • Comment allons-nous nous rendre à la nouvelle normalité plus forts et améliorés ? Faisons cela alors.

Remarquez que le leader flexible n’a pas toutes les réponses. Il ou elle s’engage simplement à poser continuellement des questions. Le leader figé fait des déclarations. Le leader hésitant en pose quelques-unes, puis s’arrête.

À bien des égards, le leader flexible est l’opposé du leader figé. Les leaders flexibles se concentrent sur ce qu’ils peuvent contrôler, et non sur ce qu’ils ne peuvent pas contrôler.

C’est pourquoi ils fructifient.

En cas de crise, vous allez sacrifier quelque chose. Trop de leaders sacrifient la mission au nom de la recherche de méthodes prévisibles. Les leaders flexibles sont prêts à sacrifier continuellement les méthodes pour faire avancer la mission.

J’espère et je prie pour que vous et votre équipe puissiez traverser cette crise avec flexibilité.

close