Plus vous progressez dans votre rôle de leader, plus les décisions que vous devez prendre sont difficiles et stimulantes à la fois. Ces décisions impliquent souvent des solutions immédiates et concrètes, mais parfois, ce n’est pas aussi clair.

Parfois, vous devez guider votre peuple à travers l’incertitude. Et en tant que leader, cela signifie que vous devez être le rocher dans les moments angoissants.

Au fil des ans, j’ai connu mon lot de moments angoissants. Laissez-moi vous dire que les leaders ressentent aussi la peur. Nous ne sommes pas à l’épreuve des balles ; nous sommes humains comme tout le monde. Mais les leaders comprennent qu’ils ont une responsabilité envers les personnes qu’ils dirigent et que les gens ont des attentes élevées à leur égard.

Comme le dit mon ami Mark Cole : “C’est normal d’avoir peur. Ce n’est pas normal de la faire porter à son peuple”.

Au cours des derniers mois, la peur a été au centre de nombreux reportages. L’incertitude de la vie a pénétré dans notre pensée et a effrayé de nombreuses personnes. Nous faisons tous face à certaines peurs.

Alors, comment devrions-nous exercer le leadership en ces temps difficiles ?

  1. Soyez présents. Lorsque les temps sont difficiles, les leaders ont besoin d’être présents et de faire sentir leur présence. Ce n’est pas le moment de battre en retraite et d’essayer de résoudre les problèmes à huis clos ; vos collaborateurs recherchent quelqu’un qui puisse calmer leurs craintes, un regard rassurant, une main amicale. Vous devez vous présenter comme quelqu’un à qui les gens peuvent parler, vers qui ils peuvent se tourner lorsque la peur semble les écraser. Vous n’accomplirez peut-être pas grand-chose d’autre pendant un certain temps, mais ce sera exactement ce dont vos collaborateurs ont besoin.
  2. Sachez reconnaître la peur, mais ne lui donnez pas de pouvoir. Selon Max Dupree, la première responsabilité d’un leader est de reconnaître ce qui se passe réellement. Nous ne pouvons pas traverser des périodes effrayantes si nous ne sommes pas prêts à reconnaître que les gens ont peur ou que la situation elle-même est effrayante. Mais nous ne pouvons jamais laisser nos gens bloqués dans cette peur, car cela ne fait que donner à la peur une plus grande force dans leur esprit et leur cœur. Remettez la peur dans son contexte et communiquez votre conviction que des jours meilleurs sont à venir.
  3. Peignez un tableau plus lumineux. C’est en partie en peignant ce tableau que vous leur ferez espérer que des jours meilleurs les attendent. Lorsque les choses sont effrayantes, le monde semble réduit et sombre ; pour y remédier, vous devez peindre un tableau plus grand et plus lumineux. Nous devons aller au-delà de la peur et nous diriger vers un jour plus lumineux, pour rappeler aux gens ce que le Psalmiste a dit : « Avec le soir, viennent les larmes, mais au matin, les cris de joie. » Les leaders doivent communiquer à leur peuple l’espoir qui se profile de l’autre côté de la peur.
  4. Soyez avares de prédictions, mais généreux d’espoir. Lorsque vous essayez d’aider votre peuple à dépasser la peur, méfiez-vous des tentatives de prédire exactement comment les choses vont se dérouler. La simple vérité est que vous ne savez pas, et c’est bien ainsi. Votre peuple ne s’attend pas à ce que vous voyiez l’avenir – il s’attend simplement à ce que vous l’aidiez à y parvenir, et c’est là qu’interviennent la générosité et l’espoir. Si vous continuez à vouloir aller de l’avant, à chercher le jour le plus radieux possible au-delà des nuages, cela leur donne l’énergie nécessaire pour avancer d’un jour à l’autre. Au final, ils se souviendront que vous les avez aidés à trouver leur chemin plus qu’ils ne se souviendront du chemin lui-même. Ils se souviendront de votre présence plus que de votre clairvoyance.

Le défi unique du leadership est de faire en sorte que le présent prépare l’avenir, surtout quand le présent semble annoncer qu’il n’y aura pas d’avenir. La seule façon de ne pas avoir d’avenir est de céder à la peur aujourd’hui.

Leader, votre peuple attend de vous que vous l’aidiez à trouver la sécurité et la force qui permettront à l’espoir de s’enraciner dans sa vie. C’est une mission importante, mais dont vous êtes capable, si vous restez visible, présent, réaliste et plein d’espoir.

Au cours de toutes mes années de leadership, j’ai toujours su que la peur ne dure que si on la nourrit. En tant que leader, c’est votre travail d’affamer la peur en nourrissant l’espoir des gens et en leur proposant une meilleure vision de ce qui les attend. Donnez à votre peuple l’espérance dont il a besoin pour tenir bon.

Nous pouvons pleurer aujourd’hui, mais la joie nous attend demain.

Cet article, qui est une traduction libre d’un texte de John Maxwell. Vous trouverez l’original sur johnmaxwell.com.