C’est le Jour « J », Jésus est ressuscité.

Nous célébrons aujourd’hui le jour « J », ce jour, où la destinée de l’humanité a changé, où l’horizon s’est ouvert pour nous.

Suite à la mort de Jésus, Marie Madeleine, les apôtres, les disciples, tous ceux qui l’ont suivi, ont écouté son enseignement et l’ont aimé sont en deuil. Pour eux, celui en qui ils ont cru est mort, leurs espoirs sont anéantis, tout est terminé.
Pour eux, comme pour tous les humains, la mort met fin à la vie, c’est un évènement sans retour.
La résurrection de Jésus n’était pas une évidence, pas plus pour les disciples que pour nous : « Les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. » (Jn 20, 9))
Pourtant, Jésus leur avait annoncé sa mort et sa résurrection :
« Jésus commença à faire connaître à ses disciples qu’il fallait qu’il aille à Jérusalem, qu’il souffre beaucoup de la part des anciens, des principaux sacrificateurs et des scribes, qu’il soit mis à mort, et qu’il ressuscite le troisième jour. » (Mt 16, 21).

Au matin de Pâques, quand Marie Madeleine arrive au tombeau et qu’elle constate que le corps de Jésus n’y est plus, elle s’inquiète, elle croit qu’il a été enlevé.

Lorsque Jean, le disciple que Jésus aimait, voit les linges et le suaire dans le tombeau vide : « Il vit et il crut » (Jn 20,9). C’est peut-être parce qu’il était plus près de Jésus que Jean perçoit plus profondément la réalité de sa personne. Jean dépasse les faits, il recherche le sens et s’ouvre à la foi.

Par la résurrection, Dieu approuve pleinement toute l’existence de Jésus : sa façon de prier, d’enseigner, d’accueillir, de pardonner, son option en faveur des pauvres et des petits, ses luttes en faveur de la paix et la justice.  L’amour de Jésus l’a conduit à subir la trahison, le rejet, l’abandon, la torture, la souffrance, la déchéance et la mort.
Par sa vie, sa passion et sa mort, Jésus est allé au bout de l’amour, Dieu le reconnaît et le glorifie par sa résurrection.
Par la résurrection, Dieu confirme que toute la vie de Jésus est porteuse de sens et que c’est le chemin à suivre pour tout être humain. 

« La résurrection, c’est l’intervention de Dieu dans le cas-Jésus, c’est la prise de position de Dieu face aux options de Jésus » (Les options de Jésus, Jean-Luc Hétu)

Désormais, la mort n’est plus définitive, Jésus nous a mérité la vie éternelle.
La résurrection de Jésus c’est le début d’un temps nouveau ouvert sur l’espérance et la vie.

« Voici le jour que fit le Seigneur, qu’il soit pour nous jour de fête et de joie! » (Ps 117,24)

ALLELUIA!

Micheline Vaillancourt Gagnon – Résurrection du Seigneur                           17 avril 2022
Évangile (Jn 20, 1-9) – Psaume (117, 24)

close