Dans les lectures de ce dimanche, on nous relate deux récits d’expériences de foi similaires.

D’une part, Isaïe, qui éprouve un sentiment d’indignité suite à la révélation de la gloire de Dieu et qui reçoit l’appel du Seigneur : “ J’entendis alors la voix du Seigneur, qui disait:
 “Qui enverrai-je ? Qui sera notre messager ?”
Et j’ai répondu : “Me voici : envoie-moi !” (Is 6, 8).

D’autre part, Simon et ses compagnons qui ont pêché toute la nuit et qui sont revenus bredouilles. À la demande de Jésus, Simon accepte d’avancer en eau profonde et de lancer à nouveau les filets. Simon est un pêcheur expérimenté et pourtant quand Jésus lui demande de retourner au large pour pêcher, il acquiesce à sa demande. Simon a une grande confiance en Jésus, d’ailleurs il l’appelle maître : “Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ta parole, je vais jeter les filets.” (Lc 5, 5).
Le résultat de la pêche est spectaculaire, c’est une pêche miraculeuse, car Jésus donne toujours en abondance!

Simon et ses compagnons sont bouleversés. “Dans ce miracle, Simon-Pierre découvre la puissance divine de Jésus et confesse qu’il est indigne de rester avec lui. (Note TOB)”.
Jésus le rassure, il a une mission pour Simon et ses compagnons :
“Venez à ma suite, dit le Seigneur, et je vous ferai pêcheurs d’hommes.” (Mt 4, 19).
Jésus ne désire pas poursuivre seul sa mission d’évangélisation, il souhaite que d’autres se joignent à lui, il veut évangéliser “en équipe”.

Comme Isaïe, Simon, Jacques et Jean éprouvent un sentiment d’urgence à répondre à l’appel:
“Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.” (Lc 5, 11). 

Jésus a rejoint Simon, Jacques et Jean, dans leur quotidien, sur leur lieu de travail pour les appeler à sa suite.
Moi aussi, Jésus m’interpelle dans ma vie quotidienne, il se manifeste à moi là où je vis :
dans ma famille, à mon travail, dans ma communauté.
Même si je me sens indigne et limité(e), Jésus a aussi une mission pour moi.
Suis-je prêt(e) à lui faire confiance et à répondre : Présent! Présente!
Comme Isaïe, Simon, Jacques et Jean, moi aussi j’ai à faire un choix.
Quand j’accepte de marcher à la suite de Jésus, je constate que mes priorités et mes intérêts changent.
Comme Simon et ses compagnons, pour être libre et disponible pour suivre Jésus, je suis disposé(e) à laisser certaines choses de côté.
Quand je réponds à l’appel et marche à la suite de Jésus, j’expérimente moi aussi que Jésus donne en abondance, abondance de paix, de joie, d’amour.
C’est alors que je réalise que j’ai choisi la meilleure part. 

Micheline Vaillancourt Gagnon,  6 février 2022 – 5e  dimanche. Temps ordinaire Année C
1ère lecture (I s 6, 1-2a. 3-8) – Acclamation (Mt 4, 19) – Évangile (Lc 5, 1-11)

 

 

 

 

 

close