Un petit garçon regarde sa mère qui prépare un jambon pour une réunion de famille. Il remarque qu’elle coupe les deux bouts avant de le mettre au four.

– « Maman, pourquoi tu coupes les deux bouts du jambon avant de le faire cuire ? »

La maman réfléchie et lui dit :

– « Hmmm… Je pense que ça aide à absorber le jus pendant la cuisson. Mais je n’en suis pas sûre. C’est comme ça que ta grand-mère faisait, alors je les ai toujours coupés. Pourquoi tu n’appelles pas grand-maman pour lui demander ? »

Le petit garçon téléphone à sa grand-maman :

– « Grand-maman, maman est en train de préparer un jambon et elle coupe les bouts avant de le mettre au four. Elle a dit que c’est pour aider à absorber le jus, mais elle n’est pas sûre. Elle dit que toi tu le sais parce que c’est toi qui lui as appris à cuisiner. »

– « C’est vrai. Je coupe les bouts du jambon avant de le mettre au four. Mais je ne sais pas pourquoi moi non plus. C’est ma mère qui m’a appris à cuisiner. Tu devrais lui demander.»

Comme le petit garçon est curieux de connaître la réponse, il appelle son arrière-grand-mère :

– « Mamie, maman et grand-maman ont dit qu’elles avaient appris à cuire un jambon en te regardant. Est-ce que tu coupes les deux bouts pour l’aider à absorber le jus ?»

L’arrière-grand-mère se met à rire :

– « Oh, non mon chéri. Si mamie coupe le jambon, c’est parce qu’elle n’a jamais eu de casserole assez grande ! »

J’ai l’impression que dans nos paroisses, nous reproduisons les mêmes choses parce que c’est ce qui a toujours été fait. Nous n’osons pas nous demander si c’est toujours pertinent de le faire aujourd’hui. Il y a 100 ans, voyager à cheval était une très bonne idée. Mais ce qui était bon dans le temps, ne l’est plus nécessairement aujourd’hui. Le monde a bien changé…

Jésus a dit : « On ne verse pas du vin nouveau dans de vieilles outres. Elles vont éclater; le vin s’écoulera et les outres seront détruites. Le vin nouveau nécessite des outres neuves. »

À l’ère de la pandémie et du confinement, si nous voulons que nos paroisses poursuivent leur mission de service et de présence, nous devons adopter de nouvelles façons de faire. Cela nécessite des remises en question et de grands changements.

À la paroisse St-Jean XXIII, nous avons pris un tournant majeur en faveur des personnes en difficultés financières grâce à la fusion de nos deux comptoirs familiaux. Nous avons ainsi pu transformer nos anciens locaux en salle de tri adaptée à notre Opération Solidarité Alimentaire qui dessert près de 70 familles par mois par des dépannages alimentaires, la distribution de fruits et légumes et des repas maisons congelés de la Tablée des chefs.

Et pour garder le contact avec vous nous sommes entrain de monter un studio d’enregistrement et nous avons commencé à produire des podcasts, des vidéos, à être plus présents sur les réseaux sociaux et bientôt, nous espérons être en mesure de vous rejoindre par des activités en ligne (témoignages, célébrations, soirée de louange, partage de la Parole).

La pandémie nous pousse à revoir toutes nos méthodes.

À St-Jean XXIII, nous osons faire autrement parce que vous êtes importants et que nous croyons que le message de Jésus est vraiment une Bonne Nouvelle!

Que Dieu vous bénisse.

close