Nous poursuivons cette semaine avec la dernière partie des « 12 Tendances qui vont marquer l’église en 2022 !» Elle inclut un questionnaire que vous pouvez faire seul ou en équipe afin d’identifier les tendances qui affecte le plus votre communauté.

C’est une traduction libre d’un article du leader Carey Nieuwhof.
Vous trouverez le texte original sur www.careynieuwhof.com.
Bonne lecture et bonne réflexion!

Daniel

Par Carey Nieuwhof

7. L’information se propagera en ligne et la transformation se fera en personne

En 2022, de nombreux leaders d’église réaliseront que la meilleure voie pour l’information est en ligne, tandis que les expériences plus transformationnelles et transcendantes sont plus susceptibles de se produire en personne. Ils concevront leur ministère en ligne et leurs expériences en personne en conséquence. Ce n’est pas que les gens ne peuvent pas trouver la foi en ligne (ils le peuvent et le font), c’est juste qu’il y a une différence entre le type d’expérience que vous pouvez avoir sur un appareil et ce que vous pouvez vivre dans une salle.

C’est comme la différence entre écouter un album sur Spotify et assister en personne à un concert. L’expérience en ligne pourrait devenir plus transcendante au fur et à mesure que la réalité virtuelle se répand, mais nous n’en sommes pas encore tout à fait rendus.

8. Le territoire d’appartenance n’a plus d’importance

Ces dernières années, on a assisté à une migration massive de personnes qui ont quitté les villes et les emplois qu’elles occupaient pour s’installer dans de nouvelles régions.

Une grande partie de la croissance numérique n’est pas une croissance due aux conversions, mais plutôt une croissance due aux consolidations (les chrétiens se trouvent une nouvelle église qui correspond davantage à leur désir). Les déménagements combinés à l’essor de l’offre de contenu en ligne feront que de nombreuses personnes s’identifieront à une église qui n’a pas d’emplacement physique dans leur région.

Cela conduira à des micro-rassemblements, voire à des « églises-maison », et à la nécessité pour les leaders de se concentrer sur la mise en relation des personnes, et pas seulement sur la construction de bâtiments pour les accueillir.

L’indépendance géographique fait partie du monde fluide dans lequel nous vivons aujourd’hui. Les leaders qui s’adaptent rapidement atteindront davantage de personnes.

9. Les pasteurs sentiront une diminution de leur autorité

Au fil des ans, nous avons assisté à d’importantes mutations de l’autorité. Le monde étant de plus en plus connecté, le pouvoir est passé des institutions aux réseaux.

Les églises et les pasteurs ont perdu une grande partie de l’influence. Toute illusion de contrôle qui subsistait semble avoir disparu pendant la pandémie. Vous ne pouvez pas contrôler les gens. Jésus ne s’est jamais accroché au pouvoir. En fait, il y a renoncé au prix de sa vie.

Peu importe que vous parliez fort ou doucement, les gens ne vous écoutent pas à cause de la position, du titre ou de la fonction que vous occupez. La véritable autorité ne découle pas d’une fonction, d’un titre ou du pouvoir. Elle découle de l’humilité, de l’amour et d’une vision claire de la façon dont le Royaume de Dieu progresse dans le monde. Les leaders qui manifestent ce genre d’autorité auront un avenir brillant.

10. La fuite des cerveaux va s’accentuer

Malheureusement, ces dernières années, de nombreux leaders ont pris du recul, non seulement par rapport à leur église, mais aussi par rapport au ministère.L’église lutte depuis des années contre une pénurie chronique de talents. La pandémie n’a fait que l’intensifier.

Non seulement cela crée une pénurie de personnel, mais la qualité des candidats pose également problème. Peut-être que le mouvement de renouveau et de transformation pastorale stimulera des vocations au sein de la prochaine génération.

L’Église de demain aura besoin non seulement de leaders au grand cœur, mais aussi de leaders au grand esprit. Les défis à relever dans un monde fracturé et confronté à de nombreuses menaces existentielles, sans parler des questions philosophiques et théologiques que soulève l’IA, exigeront des esprits très éveillés.

11. La disparition des donateurs non investis (un rééquilibrage dans le don)

L’un des phénomènes étranges qui se sont produits dans de nombreuses églises en 2020-2021 est que la fréquentation a diminué alors que les dons sont restés stables ou ont augmenté. À mon avis, il s’agit d’une tendance temporaire.

Historiquement, les églises en déclin ont tendance à avoir beaucoup d’argent (pensez à la dotation), mais peu de personnes, tandis que les églises en croissance ont tendance à avoir beaucoup de personnes, mais sont à court d’argent. Leur croissance numérique a dépassé la croissance de leur intendance.

Une partie de ce changement peut s’expliquer par le fait que les donateurs qui s’en sont bien tirés financièrement pendant la pandémie contribuent davantage et que les personnes qui sont toujours engagées financièrement, mais qui hésitent à se rendre sur place, continuent de donner quand même.

Mais il est rare quelqu’un continue de contribuer financièrement lorsqu’il arrête de fréquenter son église. Cette année, il se peut que l’on assiste à une augmentation du nombre de nouvelles personnes qui commencent à donner, tandis que les donateurs qui ne fréquentent plus l’église disparaitront complètement.

Les leaders devront trouver quelque chose à faire avec l’excédent accumulé pour faire avancer la mission. Sinon, pourquoi les gens continueraient-ils à donner ?

L’argent sans but est un signe de déclin.

Quoi qu’il en soit, il est peu probable que le modèle actuel se maintienne.

12. Moins de prévisibilité

Même si nous aspirons tous à un retour à un avenir plus stable et prévisible, il est probable que cela n’arrivera pas. Même si nous pouvons dégager quelques tendances, l’avenir reste incertain.

Alors que COVID-19 s’estompe, nous entrons dans une nouvelle ère d’instabilité et d’imprévisibilité que la plupart d’entre nous n’ont jamais connue de leur vivant.

Les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement mondiale, l’essor des achats en ligne, la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur des cols bleus et des services, la flambée des actions, l’essor des crypto-monnaies, la sortie et l’entrée en masse de personnes dans les églises, l’inflation croissante et la baisse généralisée de la confiance dans les institutions et les structures d’autorité rendent extrêmement difficile de tracer une voie prévisible pour l’avenir.

Une fois encore, l’approche qui a permis à de nombreux leaders de traverser la pandémie (la flexibilité ! Voir « Leaders flexibles recherché(e)s ») sera nécessaire dans les années à venir. L’approche du leadership qui consistait à tout régler et à tout oublier, et qui fonctionnait dans les zones stables, ne fonctionnera plus.

En revanche, les leaders flexibles et les organisations qui osent expérimenter et innover peuvent prospérer dans un monde instable.

POUR ALLER PLUS LOIN
QUESTIONS DE DISCUSSION

  1. Lesquelles de ces tendances semblent s’appliquer le plus à votre église ? Pourquoi ?
  2. Laquelle de ces tendances vous a le plus surpris ?

ÉTAPES DE MISE EN ŒUVRE

  1. Demandez à chaque personne de votre équipe de voter sur la tendance qui présente :
    1. la plus grande opportunité
    2. la plus grande vulnérabilité pour votre église
    3. Discutez ensemble de vos choix et réduisez la liste à 3 tendances que vous allez commencer à traiter.
close