Un regard de compassion

Dans l’évangile de ce dimanche, les apôtres reviennent de leur première mission.

Jésus constate qu’ils sont fatigués, ils les invitent à se retirer à l’écart dans un endroit désert afin de se reposer un peu.

Ils partent en barque vers un endroit isolé, mais les gens les voient s’éloigner, alors ils courent là-bas et y arrivent avant eux.

Quand Jésus voit la foule, il est pris de compassion pour eux parce qu’ils sont comme des brebis sans berger.

La compassion de Jésus amène les apôtres à se dépasser, à modifier leur plan pourtant légitime de se reposer. Leur oasis de paix est envahie par tous ces gens qui ont soif d’entendre Jésus parler.

Son cœur de pasteur ne peut ignorer tous ces gens…

Cette foule qu’il voulait éviter, il l’accueille, il répond à leur attente.

« Alors, il se mit à les enseigner longuement. » (Mc 6, 34)

Nous, est-ce que nous sommes attentifs à voir les besoins de ceux qui croisent notre quotidien?

Est-ce que comme Jésus nous sommes touchés de compassion ?

Est-ce que nous sommes prêts à changer nos plans pour répondre à leurs besoins ?

Ces paroles de Chiara Lubich portent à réflexion…

« Quelle douleur de penser que la vie d’innombrables hommes n’est pas vécue ! Ils ne vivent pas parce qu’ils ne voient pas. Et ils ne voient pas parce qu’ils ne regardent le monde, les choses, leur cercle familial et les hommes qu’avec leur propre œil. Pour voir, au contraire, il suffirait de suivre chaque événement, chaque chose, chaque homme avec l’œil de Dieu. Ne voit que celui qui s’insère en Dieu, celui qui, le connaissant comme « Amour », croit à son amour et raisonne comme les saints : ‘Tout ce que Dieu veut et permet est pour ma sainteté’.

Seigneur Jésus nous te rendons grâce, tu es notre pasteur et tu nous appelles à devenir pasteur les uns pour les autres.

Donne-nous des yeux qui voient la détresse et les besoins des personnes qui croisent notre route.

Donne-nous un cœur rempli d’amour, un cœur de pasteur.

Donne-nous un regard comme le tien, un regard rempli d’accueil et de compassion.

 

Micheline Vaillancourt Gagnon  Évangile (Mc 6, 30-34)  – 16e dimanche du temps ordinaire – 18 juillet 2021