Aujourd’hui, c’est la fête de Ste-Thérèse d’Avila!

En mars 2015, le pape François a désigné Thérèse d’Avila comme « une guide sûre » qui, « face aux graves problèmes de son temps […], avait décidé de ne pas se perdre, dans les choses de peu d’importance alors que le monde est en flammes ».

Nous vous proposons cinq conseils tirés des « Avis de la mère Thérèse de Jésus à ses religieuses ».

  1. Émotions

“N’être excessif en rien, mais dire avec modération ce que l’on sent” (avis 13)

J’interroge mes émotions quand elles s’expriment de manière excessive (qu’est-ce qu’elles disent ou qu’est-ce qu’elles cachent à propos de mes désirs, de mes peurs?

Qu’est-ce qui me dérange dans les autres? Comment ça résonne dans ma vie, dans mon cœur? Qu’est-ce que je ressens profondément ?

Comment je pourrais dire, ou me dire à moi-même ce que je ressens ?

Ce n’est pas tout de comprendre mes émotions, il faut aussi que je sois capable de les dire de la bonne manière : sans reproche, sans donner de leçons, poser des questions sans être agressif…

Les autres sont souvent le miroir de mon équilibre ou de mes excès.

  1. Ouverture d’esprit

“Si quelqu’un parle de questions de spiritualité, écoute-le en disciple, avec humilité, et fais ton profit de ce qui sera dit de bon” (avis 17)

Avant de critiquer, de contredire ou d’essayer de convaincre, je prends le temps d’écouter, sans jugement. Ça permet d’ouvrir mon esprit à d’autres façons de penser, de m’enrichir de nouvelles connaissances, de créer un climat favorable aux échanges sereins et profonds.

  1. Vivre ensemble

“Accomplis toutes choses comme si Dieu était réellement visible ; par cette voie, l’âme gagne beaucoup” (avis 21) 

J’accepte d’être dérangé, déstabilisé dans mes certitudes et mes croyances. J’accepte de l’autre ce qui peut enrichir la connaissance que j’ai de moi-même, ainsi que mon savoir. Je choisis de ne pas m’installer dans l’illusion confortable, mais dangereuse (surtout dans les relations affectives) de « tout connaître de l’autre »; au contraire, j’apprends à aimer et respecter les différences avec les membres de ma famille, mes amis ou mes collègues. Cela me permet de garder les relations vivantes!

  1. Ouverture du cœur

“Prenez l’habitude de faire de nombreux actes d’amour, ils enflamment et attendrissent l’âme” (avis 52) 

L’attention à l’autre, les petites gentillesses, le soutien, le réconfort, l’écoute aimante… Il s’agit d’en faire autant avec ceux qui m’entourent. Autant de petits actes d’amour volontairement habituels qui entraînent mon cœur à s’ouvrir, à mieux aimer, mais aussi à mieux recevoir.

  1. Conscience de soi

“Apportez un grand soin à l’examen de chaque soir” (avis 57)

Pourquoi fais-je ou ai-je fait cela ? Vers où je m’en vais ? Ces deux questions font accéder à une conscience de soi plus profonde et questionnent la finalité de nos actes. Faire une relecture de mes journées à la lumière de ces questions me permet d’éviter de tomber dans la culpabilité ou dans le faux confort de l’autocomplaisance.

Ce texte est un résumé et une adaptation d’un article dont vous trouverez l’original en cliquant ici :
https://www.psychologies.com/Culture/Spiritualites/Pratiques-spirituelles/Articles-et-Dossiers/Les-5-lecons-de-sagesse-de-Therese-d-Avila