Une nouvelle année pastorale s’amorce et déjà les communautés chrétiennes, et les mouvements, ont établi des programmes
suite à leurs priorités.

Le texte évangélique de ce dimanche nous invite à ne jamais oublier une valeur qui sous-tend l’ensemble des activités à réaliser durant les mois qui suivent. C’est celle de la vraie humilité qui est cependant avant tout une réalité personnelle et ensuite à actualiser avec l’ensemble d’une communauté.

Cette valeur de l’humilité est présente tout au long du message de Jésus. Aujourd’hui elle est exprimée sous la forme d’une invitation à une réception. Ailleurs le Seigneur rappelle, aux Pharisiens, l’importance de leur tenue vestimentaire qui doit, selon eux, indiquer dignité et fortune.

Il faut être en service et ne pas vouloir toujours se mettre en évidence. C’est énormément d’actualité lorsque nous regardons le désir, de certaines personnes, d’être vues et d’attirer l’attention, en groupe ou, dans certains cas, dans les médias. Il faut de même éviter la fausse humilité qui est aussi néfaste. Le juste équilibre est important. Souvent c’est la fonction, et non uniquement la personne, qui est mise de l’avant.

Il est cependant important de savoir reconnaître le mérite de chaque personne. Nous serons alors, possiblement, de celles qui seront invitées à s’avancer.

À l’occasion de la Fête du Travail, nous aurons la possibilité de reconnaître le mérite de chaque personne qui, par son apport de qualité, rend notre monde meilleur. Un proverbe dit: ce qui mérite d’être fait mérite d’être bien fait va contre certaines tendances à oublier la qualité dans tout. Le mot travail étant à prendre au sens très large incluant la prière.

Suite à l’exhortation de Jésus, efforcons-nous d’agir pour être invités à avancer dans nos parcours tant humain que spirituel. Le Père nous dira ultimement d’entrer dans la joie du Maître.

Daniel Gauvreau ptre